Category Archives: Blog

Extension du mouvement créatif aux enfants de Suisse.

Tanya Wittal 2015O.FINN_2016

Nous avons une ambassadrice très motivée en Suisse. Il s’agit de Tanya Wittal-Düerkop, avec qui nous avons déjà monté les premiers workshops de 2015 et 2016 à l’école Internationale Allemande de Bruxelles (IDSB) avec un grand succès.

Comme nous développons une approche intuitive, le langage ne fût pas une réelle barrière : nous avons employé parfois le Français, l’Anglais et même l’Allemand comme langues véhiculaires, mais en réalité la structure de nos workshops est telle que c’est la stimulation et l’impulsion amenés par la pratique, ainsi que la curiosité des enfants qui tisse les liens entre eux et les expériences avec les éléments du réel (matière, lumière, espace, temps, et impondérables) – ceux qui ont plus vite saisi l’un ou l’autre aspect du processus par exemple, se mettent à l’expliquer avec leurs mots à tous les autres, et même à proposer des variantes, ajoutant ainsi une partie dynamique essentielle au workshop : une extension de la perception individuelle des choses qui invite au mouvement créatif.

Ces workshops consistaient en une vaste exploration, avec les enfants de 1ère, 2ème, 3ème et 4ème années, de diverses modes d’expression, styles et processus créatifs d’artistes mais aussi des enfants eux-mêmes, en prise directe avec les découvertes que nous faisions ensemble en combinant les possibilités extensives apportées par leurs dynamiques personnelles.

Une classe de 11ème année, préalablement formée au sténopé (Pinhole Camera Obscura) par 2 d’entre nous, nous a même assisté dans ce projet en donnant des classes aux enfants de 3ème et 4ème année sous ma supervision.

C’est un des petits projets que nous avons comploté, Tanya et moi, afin d’augmenter encore la dynamique cognitive des 2 protagonistes : les enfants de 3ème et 4ème et ceux de 11ème – et cela fonctionne merveilleusement bien !

Nous avons tous beaucoup appris…

Ceux qui s’arrêtent encore au fait que le cerveau humain perd les 2 tiers de sa capacité neuronale entre 2 ans et l’âge adulte pour évaluer les limites de l’intelligence « possible » oublient souvent qu’au delà de la technique, ou de la science et des statistiques, ce sont les rapports humains, les rapports au monde sous un mode intuitif, confiant, joyeux qui permettent de tracer les chemins des associations libres les plus féconds.

Cette « palpation » du réel bâti un réseau de connaissance qui vient s’intégrer à l’inné pour former un socle d’épanouissement, de déploiement de la personnalité et du génie de l’humain heureux.

Tanya avait déployé une énergie phénoménale durant ces premières expériences, et, d’un commun accord, nous avons décidés de ne pas en rester là, même si elle changeait de pays grâce à un nouveau poste.

Nous avions trouvé ensemble une synergie et une dynamique qui nous ont beaucoup plues et qui ne pouvaient rester sans suite.

Tanya est à présent basée à Berne, à la Maison d’art et de la Culture pour la jeune génération vis-à-vis (visavis- das Kunst- und Kulturhaus für die junge Generation). Elle a – en plus de cela – accepté d’être notre ambassadrice officielle pour la Suisse où nous espérons tous offrir bientôt des ateliers de création artistiques inédits.

Nous proposerons une approche pédagogique intuitive augmentée d’échanges et d’interactions croisées avec l’école de l’iDSB.”

Une aventure plus loin.

Cet hiver 2015-2016, j’aimerais organiser la cinquième édition des classes d’art à l’école de Saraswati Shishu Mandir, la première école où tout à commencé voici quelques années. Cela fait un moment que j’y songe et cette fois je crois qu’il faut y retourner. J’espère bien trouver des complices pour matérialiser, une fois encore, ce projet et donner 2 semaines de workshops gratuits aux enfants de cette école Hindoue.

Setting Art Classes Project 2011 à Fatehpur Sikri avec les pionniers.Setting Art Classes Project 2011 à Fatehpur Sikri avec les pionniers.

 

Est-ce utile de dire que cette expérience avec ces enfants dans cette école rurale est incomparable, précieuse et enrichissante? Que tous, à chaque fois, gardent un impérissable sentiment de bonheur de cette aventure, les enfants et intervenants? Oui, je crois que c’est une chose qui compte dans une vie, et qui donne une autre dimension à son action dans la vie par la suite.

Nous ne bénéficions d’aucun support financier en Belgique, donc, à moins de trouver un soutien auprès d’une organisation ou d’une autre, chacun devra trouver son propre financement. l’asbl peut, le cas échéant, fournir des attestations et autres pièces justificatives pour vos dossiers de demande de soutien. Il y a des possibilités pour les moins de 35 ans.

Fatehpur Sikri se trouve en Uttar Pradesh, dans le Nord de l’Inde, à la limite de la frontière du Rajasthan, on sent donc bien l’influence de cet état et des coutumes des Rajahastanis là-bas.  Le village est à deux pas (60 km) de Agra, et un peu plus loin de Delhi, ville d’arrivée .

Les billets d’avions sont à peu près à 500 € A/R, la guest-house voisine offre des logements assez simples pour 600 Roupies par nuits dans une chambre double que l’on peut aussi partager à trois. Le cours de la Roupie carie de 65 rp/€ à 85 rp/€, il peut donc il y avoir de bonne surprise.

L’école est assez petite, elle est située dans un petit village dans lequel il y a de très beaux monuments anciens. Les habitants sont vraiment très charmants. nous souhaitons composer une équipe de 6 à 10 intervenants pour 2 semaines de workshops gratuits.

Il nous reste encore un peu de matériel et fournitures à employer pour ce projet sur place, donc, cela aide. Les deux semaines qui suivent, nous pouvons planifier de voyager en Inde à la découverte des surprises qu’offre ce pays merveilleux.

N’hésitez pas à faire circuler l’info autour de vous, nous sommes à la recherche de gens capable de donner des ateliers d’art en autonomie. le staff peut assister chacun dans la préparation des classes et dans la mode opératoire sur place, mais il ne peut être présent tout le temps pour tous, car il donne lui aussi des classes aux enfants.

Quoiqu’il en soit, vous pouvez vous inscrire sur le site et me poser des questions concernant ce projet, ou envoyer un email à olivierfinn@gmail.com. Nous ferons une réunion par la suite avec tous ceux qui souhaitent participer à l’aventure.

Une autre école.

Je cherche des complices cet hiver pour donner 2 semaines de classes d’art gratuites aux éblouissants enfants de l’école de Saraswati Shishu Mandir, à Fatehpur Sikri, Uttar Pradesh. Contactez-moi: olivierfinn@gmail.com

Pour voir plus d’image sur notre première mission dans cette école en 2012, cliquez ici.

 

Initiation au Sténopé – Initiation to Pinhole Photography.

Initiation rapide au Sténopé:

PortraitPortrait.

Hier, un workshop a été donné à 16 étudiants pour les préparer à donner eux-mêmes un workshop analogue à d’autres enfants de leur écoles, en septembre prochain.

Après avoir énoncé les base de ce procédé, nous avons fabriqué ensemble un sténopé avec une boîte de camembert, monté un labo N/B, appris à évaluer les temps de poses en fonction de la lumière du jour. Puis nous avons réalisé les tests d’ajustage de l’exposition par essais successifs.

PaysagePaysage/Landscape.

En une journée, les premiers essais lisibles sont sortis. Ils ont maintenant les bases suffisantes pour faire des essais durant tout l’été pour pouvoir développer le potentiel de cette technique et la transmettre aux enfants plus jeunes dans leur école.

Quelques images de paysages, de portraits et d’abstractions ont déjà été produites.

 

Fast Pinhole Photography Initiation:

Yesterday, a workshop was given to 16 students to prepare them to give themselves a similar workshop to other younger kids from their school in September. After stating the basis of this process , we have made ​​together a pinhole camembert box, mounted a B/W Lab, learned to assess the time of poses according to the daylight. Then we realized the adjustment of exposure tests by trial . Students processed their own essays. in the B/W Lab.

DSC_6721IDSBAbstraction.

In a single day , the first readable tests are out. They now have sufficient bases for testing throughout the summer in order to develop the potential of this technique and teach younger kids in their school.
Some images of landscapes, portraits and abstractions have already been produced .
AbstractObject abstraction.

“Bonne Nouvelle*” (*: avec bémol).

Pour les étudiants en art, et pour ceux ont un diplôme en art, qui ont 35 ans max et qui ont des difficultés à financer le voyage en Inde pour y donner des classes d’art bénévoles (au sein de la plateforme Art Classes Project ASBL), et se former, augmenter son expérience et ses connaissances pratiques du monde, des cultures, de l’humanité  le B.I.J peut vous aider.

Mais la crise du budget étant bel et bien là, le moins qu’on puisse dire ce que ce n’est pas gagné sans un très solide dossier – on ne vous donne pas de soutien si vous y allez mollement et sans être structuré et un peu psychologue. Il y a des critères de sélection qu’il faut prendre la peine de lire sur le site, puis il faut absolument aller sur place afin d’affiner la compréhension de ceux-ci en posant les questions utiles (et il y en a sinon, on vous dira que vous n’entrez pas dans les critères du B.I.J) car vous croyez comprendre, mais à une virgule près, vous êtes à côté de la plaque – c’est un peu comme les statistiques: les formules doivent être absolument exactes et adaptées à la finalité – Tout doit rentrer dans les cases sous peine de recevoir un sourire “désolé que ca n’aie pas marché, mais on ne peut pas vous aider” . Pour comprendre cette finalité, un indice de définition de la mission du Bureau International Jeunesse:

“L’aide à la mobilité pour projets culturels
Public: Jeunes entre 13 et 35 ans (ici, ca commence à 18 ans puisqu’il faut être majeur pour quitter le pays), résidents en Wallonie ou à Bruxelles, souhaitant mener des
projets culturels individuels ou de groupe à l’étranger (compléter sa formation, participer
à un festival, co-organiser un événement… voir les différents programmes sur le site internet). Les projets en général doivent avoir des retombées en Belgique.”
Il y a plusieurs sorte de financement notamment:
– Tremplin Jeunes: Hors cadre scolaire.
– Tremplin Job: insertion, chômeurs, plus value.
– Artishok: Jeunes artistes.
– Tremplin+: Améliorer vos compétences, faire un stage, …
Vous devez fournir un dossier béton, et moi tout ce que je peux faire pour vous c’est vous
fournir ce document et les détails du projet dans lequel vous développez le vôtre. Et répondre à
une demande d’entrevue de leur part pour leur expliquer le fonctionnement de cette
plateforme.
Bon courage.

lettreengagementfrancais

Ces enfants attendent les classes d’art de cet hiver, rejoignez-nous à Goa, India!!!

Bonjour à tous, je lance un appel aux artistes, étudiants en art et autres bénévoles désireux de participer à la prochaine édition des classes d’art à Mapusa, en Inde. je suis en train de composer l’équipe qui m’accompagnera cet hiver dans la quatrième édition. Nous travaillerons avec des enfants des rues qui vivent sous des bâches en plastique dans un terrain vague. Il viennent passer la journée dans l’école educators trust leading light school. Ils ont absolument extraordinaires et vous attendent avec impatience. Nous partons pendant les vacances d’hiver, il faudra prévoir une ou deux semaines de plus pour le voyage. Les billets d’avion sont bons marché en ce moment.
Contactez-moi rapidement pour une entrevue: olivierfinn@gmail.com

Concernant l’appel à candidature du mois de juin 2014.

Bonjour à tous, comme je reçois beaucoup de candidatures et de questions concernant cet appel, je vais expliquer plus précisément de quoi il s’agit:

Ganesh

Le projet des classes d’art né d’une rencontre impromptue en Inde avec une école rurale. D’une promesse faite aux enfants de cette école s’est développé un projet extra-muros ancré à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège pendant 3 ans.

Au début je proposais de partir en Inde pour donner des classes d’art gratuites à des enfants ruraux, orphelins et enfants des rues (qui ont fort peu de chance d’avoir ce genre de workshops) pendant 2 semaines. Le projet s’enrichira par la suite lorsque j’y ajouterai une recherche où il s’agira,  sous la thématique de l’errance, de partir à la recherche de l’identité de ce pays fabuleux, d’exécuter une recherche créative explorant ses propres facultés plastiques. Le but étant de ramener du matériel exploitable dans le cursus ordinaire (films, photos, croquis, enregistrements sonores, etc, …) pendant 2 autres semaines. C’était le deal validé par les autorités pour pouvoir partir sous la thématique de “L’errance”…

Le projet s’est donc augmenté d’une recherche plastique. Sensible à cette invitation à prendre un bain de multiple – pour reprendre un terme de Baudelaire -, 6 étudiants avaient instantanément décidé d’y participer quoiqu’il arrive et avaient déjà acheté leur billet d’avion avant que le projet ne soit validé. Ils ne manquaient que 2 semaines de cours: l’une avant les vacances d’hiver, l’autre après. Cette période devint la période choisie afin d’éviter toute incidence négative sur leurs cours (puisqu’il ne se passe souvent pas grand chose à cette période).

Un signe qui n’a pas échappé à l’excellent directeur de l’établissement: ils ont agi en adultes, et c’est assez rare dans les académies où on les infantilise souvent, comme dans beaucoup d’autres écoles supérieures qui privilégient la structure hiérarchique d’enseignement au détriment de la création de savoir au sein des étudiants, et le partage de ce savoir entre ceux-ci – ce qui est – à mon sens – la condition de l’émergence d’une nouvelle vague de création artistique.

De là s’est déployé une énergie qui nous a tous surpris.
D’abords parce-que cette aventure allait comme électrifier les sens des étudiants partants, mais aussi d’une bonne partie des non-partants (je n’avais proposé le workshop que dans un seul atelier au début et ils ne cessaient d’organiser TD et expo autour de leur départ). Mais aussi parce-que, sur place, la réponse des enfants aux propositions nous a tous stupéfié – eux qui n’apprennent souvent de l’art que l’artisanat répétitif, s’appropriaient les techniques et gestes créatifs que nous leur proposions dans l’exploration des artistes occidentaux en les enrichissants immédiatement de leur exubérance. Entre eux, instinctivement, ils travaillent en groupe, partagent.

Nous avions impulsivement, ou plutôt nécessairement, conçu une méthode d’enseignement de la création artistique intuitive, franchissant les barrages de la langue (Hindi) et du temps imparti (15 jours). Cette approche est très efficace pour l’épanouissement des enfants.
Mais aussi, après cette brève et intense rencontre de l’avenir de l’Inde que sont ces enfants, notre voyage en Inde fut comme la découverte d’une familière étrangeté – une errance en prise directe avec ce pays crépitant de saynètes exubérantes qui stimula une recherche artistique féconde chez les étudiants de l’Académie.

Bref, au retour, le directeur et moi-même, avons décidé de poursuivre ce projet les 2 années suivantes et d’ouvrir le projet à tous les ateliers.
La deuxième année on était 22 partants et, fort de la première expérience, nous avons tenté d’accentuer les interactions entre chacun avec un certain succès. Même si pour moi, c’est une équipe trop nombreuse à gérer seul, nous avons apportés aux enfants de merveilleuses classes.

Les étudiants ont gagnés en confiance en eux, en indépendance et en créativité. Cette expérience les rendus plus affirmatifs au lieu d’être passifs avec au surplus le produit de leur “Errance”: un travail créatif plus intense et très sincère reflétant leur expérience vécue.
Nous avons ramené certaines créations d’enfants et les avons exposées, avec les créations de certains étudiants, dans 5 expositions intégrées au programme d’Europalia India. On voyait bien la portée concrète de l’expérience.
Après la troisième édition, alors que des collèges d’art, six en Inde, et un en Italie ainsi que Wallonie Bruxelles International commençaient déjà à envisager une collaboration avec nous, Académie inclue.
Après trois ans, le projet nécessite une mutation qui est déjà à l’oeuvre.

Le projet de classes d’art gratuites pour enfants défavorisés en Inde poursuit sa route, mais un projet connexe “Art Classes +” voit peu à peu le jour pour le compléter. Ce sont les classes rémunérées données par le staff de “Art Classes Project” qui, fort de son expérience et de son approche avec les enfants Indiens, peut offrir un modèle d’épanouissement artistique pour enfants unique dans le paysage actuel.

La suite explique l’appel à candidature puisque les écoles de l’enseignement fondamental  qui ont visité ces expositions avec leurs élèves ont réagi à l’enthousiasme manifesté par leurs classes toutes entières en nous demandant de proposer des workshops similaires et rémunérés chez eux.

Les premiers ateliers pilotes viennent d’être donnés avec un grand succès à l’école 7 et à l’IDSB par des étudiants et diplômés en art. Et d’autres pourraient bien suivre.

Voilà la raison de mon double appel à projets si je puis dire:

– Il demande des projets bénévoles pour les prochaines éditions en Inde (un investissement d’un millier d’Euros pour 1 mois, avion et tout compris, qui est en fait qualifiant car c’est là qu’on développe le mieux son talent créatif pour enseigner).

– L’appel s’adresse aussi aux diplômés en art et artistes qui peuvent donner ces ateliers en Belgique sans ce préalable en Inde pour les suites des classes d’art données prochainement dans les écoles de l’enseignement fondamental ici. Il n’y a encore aucune confirmation ferme, mais déjà de bons signes.

– La priorité va à ceux qui sont allés développer leur méthode dans le cadre des classes gratuites en Inde. Les autres viennent en renfort, éventuellement, de ceux-ci.

– L’asbl Art Classes Project n’est pas encore reconnue pour pouvoir obtenir des dispenses pour les chômeurs, et cela viendra sans doute.

Il y a donc pour résumer:

– Un appel à projet pour les classes bénévoles en Inde.

– Et un appel à projet pour les ateliers rémunérés que nous souhaitons donner aux enfants en Belgique et peut-être à l’étranger.

– Nous n’avons pas à ce jour de reconnaissance suffisante pour pouvoir obtenir des dispenses pour les chômeurs bénévoles.

– Nous ne pouvons pas encore promettre d’engagement à quart, tier, mi, ou plein temps. Les prestations seront donc rémunérés sur base R.P.I. jusqu’à ce que l’asbl ait la possibilité de faire plus.

– On aura compris à ce moment que les projet se construisent sur un mode intuitif, et que nous travaillons en équipe. Donc, il est utile de se rencontrer.

J’espère avoir apporté assez de lumière sur cet appel.

à bientôt,

Premiers ateliers pilotes dans l’enseignement public.

Nous avons été sollicité par plusieurs établissements de l’enseignement fondamental de la capitale pour y organiser des ateliers pluridisciplinaires.

School-classACP

Si la demande grandit encore, nous auront bientôt besoin d’élargir notre staff. Le cas échéant, ceux qui nous accompagneront en Inde pour y donner nos classes d’art gratuites aux enfants démunis auront une perspective de travail au retour (voir l’article sur les premiers ateliers dans l’enseignement public.)

La 4è édition des classes d’art en Inde est déjà en préparation. N’hésitez pas à nous rejoindre. Nous cherchons essentiellement des étudiants ou diplômés en art, mais aussi des artistes intéressés par le projet et par ses perspectives ici, en Belgique.

Parcours d’artiste Mai 2014: Atelier de portrait lumière du jour pour enfants.

Portrait en studio lumière du jour:

Un projet inter-générationnel est proposé pour la Maison de Repos « Les Tilleuls ». Le jardin au cœur de la maison de repos abritera un studio portable, autrement appelé Soft Box. Une expérience photographique sera proposée avec des animateurs d’Art Classes Project sous la direction d’Olivier Finn assisté de Julien Fournier. Dans une grande tente blanche exploitant la seule lumière du jour (même sans soleil), les enfants de 6 à 12 ans) apprendront l’art du portrait en lumière naturelle. Plusieurs appareils photos sont mis à disposition des seniors et des enfants qui se rendent par ce jardin à la plaine de jeux Ducpétiaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette boîte blanche deviendra l’endroit intime pour partager un moment avec les résidents et enfants ou apprendre à utiliser un appareil photo et capter l’instant !

On espère que la pluie ne sera pas de la partie.

Les photos seront rapidement agrandies et exposées dans les jardins de la seniorie des Tilleus.

Autour de cette Soft Box et au fil des trois week-ends de Parcours, les photos réalisées seront exposées puis chacun sera invité à prendre librement possession de son image à la fin du parcours d’Artiste.

Adresse: Rue Arthur Diderich, 32 à 1060 Saint-Gilles

Voici les dates et heures: 

le 17 et 18 mai 2014 de 14h à 19h

le 24 et 25 mai 2014

le 31 mai et le 1er juin

FreakLe samedi 24 mai est placé sous le thème “Saturday Freak day” et est dédié à ceux qui souhaitent se faire tirer le portrait par les enfants portraitistes sous leur jour de folie.

Au soir du premier juin: dé-vernissage-expo happening: les portraits exposés peuvent êtres emportés par ceux qui y figurent – librement et sans aucune contrepartie.

Info sur ce lien:

http://stgillesculture.irisnet.be/Les-Poles-68

Inscriptions ici: