Extension du mouvement créatif aux enfants de Suisse.

Tanya Wittal 2015O.FINN_2016

Nous avons une ambassadrice très motivée en Suisse. Il s’agit de Tanya Wittal-Düerkop, avec qui nous avons déjà monté les premiers workshops de 2015 et 2016 à l’école Internationale Allemande de Bruxelles (IDSB) avec un grand succès.

Comme nous développons une approche intuitive, le langage ne fût pas une réelle barrière : nous avons employé parfois le Français, l’Anglais et même l’Allemand comme langues véhiculaires, mais en réalité la structure de nos workshops est telle que c’est la stimulation et l’impulsion amenés par la pratique, ainsi que la curiosité des enfants qui tisse les liens entre eux et les expériences avec les éléments du réel (matière, lumière, espace, temps, et impondérables) – ceux qui ont plus vite saisi l’un ou l’autre aspect du processus par exemple, se mettent à l’expliquer avec leurs mots à tous les autres, et même à proposer des variantes, ajoutant ainsi une partie dynamique essentielle au workshop : une extension de la perception individuelle des choses qui invite au mouvement créatif.

Ces workshops consistaient en une vaste exploration, avec les enfants de 1ère, 2ème, 3ème et 4ème années, de diverses modes d’expression, styles et processus créatifs d’artistes mais aussi des enfants eux-mêmes, en prise directe avec les découvertes que nous faisions ensemble en combinant les possibilités extensives apportées par leurs dynamiques personnelles.

Une classe de 11ème année, préalablement formée au sténopé (Pinhole Camera Obscura) par 2 d’entre nous, nous a même assisté dans ce projet en donnant des classes aux enfants de 3ème et 4ème année sous ma supervision.

C’est un des petits projets que nous avons comploté, Tanya et moi, afin d’augmenter encore la dynamique cognitive des 2 protagonistes : les enfants de 3ème et 4ème et ceux de 11ème – et cela fonctionne merveilleusement bien !

Nous avons tous beaucoup appris…

Ceux qui s’arrêtent encore au fait que le cerveau humain perd les 2 tiers de sa capacité neuronale entre 2 ans et l’âge adulte pour évaluer les limites de l’intelligence « possible » oublient souvent qu’au delà de la technique, ou de la science et des statistiques, ce sont les rapports humains, les rapports au monde sous un mode intuitif, confiant, joyeux qui permettent de tracer les chemins des associations libres les plus féconds.

Cette « palpation » du réel bâti un réseau de connaissance qui vient s’intégrer à l’inné pour former un socle d’épanouissement, de déploiement de la personnalité et du génie de l’humain heureux.

Tanya avait déployé une énergie phénoménale durant ces premières expériences, et, d’un commun accord, nous avons décidés de ne pas en rester là, même si elle changeait de pays grâce à un nouveau poste.

Nous avions trouvé ensemble une synergie et une dynamique qui nous ont beaucoup plues et qui ne pouvaient rester sans suite.

Tanya est à présent basée à Berne, à la Maison d’art et de la Culture pour la jeune génération vis-à-vis (visavis- das Kunst- und Kulturhaus für die junge Generation). Elle a – en plus de cela – accepté d’être notre ambassadrice officielle pour la Suisse où nous espérons tous offrir bientôt des ateliers de création artistiques inédits.

Nous proposerons une approche pédagogique intuitive augmentée d’échanges et d’interactions croisées avec l’école de l’iDSB.”

This entry was posted in Blog, News, Olivier Finn on by .

About olivier finn

(English below) Né à Bruxelles, je suis artiste (photographie et arts visuels), la rencontre avec l'Inde et son peuple m'a fortement impressionné et continue de me fasciner depuis mon premier voyage 2008. Date à laquelle j'ai rencontré les enfants de l'école de Saraswati Shishu Mandir à Fatehpur Sikri, enfants auxquels j'ai fait la promesse de revenir leur donner des classes d'art gratuites. J'ai tenu parole, et j'ai lancé au sein de l'Académie Royale de Beaux-Arts de Liège un programme de 3 ans durant lequel nous sommes allés donner des classes d'art gratuites à des enfants ruraux, des rues ou à des orphelins et les choses se sont naturellement enchaînées ensuite. Beaucoup d'autres projets éducatifs et expérimentaux entre la Belgique et l'Inde, le Québec, le Brésil sont en gestation. La réceptivité des enfants Indiens à la création artistique est telle que c'est naturellement et pour toute personne concernée par l'art et le devenir de la création, un terre où les émotions ne cessent de se révéler, avec beaucoup de gaité et de bonheur générés. Mais le même phénomène se passe avec les enfants d'ici également si on les laisse exprimer leurs émotions librement. C'est ce qui porte mon projet depuis le début, de surprise en surprise, au gré des rencontres émouvantes et profondes que je fais tout au long de ce projet. Born in Brussels, artists (photography and visual arts), the encounter with India and its people impressed me greatly and continues to fascinate me since my first trip back in 2008. Meeting with the kids of Saraswati Shishu Mandir school in Fatehpur Sikri, I made a promise to return and give them free art classes. I kept my word, I launched a 3-year program within the Royal Academy of Fine Arts in Liege. We've giving free art class to underpriviledged kids to kids in rural schools, street kids and orphanage, and things chained themselves thereafter. Many other educational and experimental projects between Belgium and India, Quebec, Brazil are in the maturation. Indian children receptivity to artistic creation is such that it is naturally, for anyone concerned with art and fate of creation, a land where emotions continue to reveal itself, with much gaiety and happiness generated. But this phenomenon occurs with the other kids too if you let them free to express their emotions. It's bringing my project from the beginning, from one surprise, according to the moving and profound encounters that I do throughout this project.